La responsabilité est l’autre face de la liberté!

La responsabilité est l’autre face de la liberté!

Ces derniers jours, la pandémie du coronavirus prend de l’ampleur. L’Algérie se retrouve face à une situation sanitaire extrêmement délicate.
Comme chacun le sait, le virus se transmet très rapidement, par voie aérienne mais aussi par contact.
Le virus étant nouveau, les populations ne possèdent pas de fond immunitaire, et de ce fait, les conséquences de l’infection deviennent hautement dangereuses.
Le virus va se propager sans doute dans l’ensemble de la population à hauteur de 70 à 80%.
Seule la mise au point d’un vaccin pourra atténuer la propagation du virus.
Comme ce vaccin n’est pas au point et de toutes les façons il ne pourra pas être disponible en quantité suffisante ni injecté à l’ensemble de la population mondiale en un court laps de temps, la pandémie va s’élargir.
Le taux de mortalité de cette infection est d’environ 3%, c’est-à-dire que si 70% d’une population de 40 millions sont atteints, le nombre de décès peut s’établir à environ 1 million.
Ce taux de mortalité est d’autant plus élevé que le système sanitaire est fragile ou en mauvais état, ce qui est le cas en Algérie.
En effet, certains malades ont besoin d’assistance respiratoire pour s’en sortir. Or, si le système sanitaire est saturé, beaucoup de personnes qui auraient pu être sauvées seront condamnées par manque de moyens techniques.
C’est justement ce qu’il faut éviter.
En prenant des mesures préventives puissantes, la propagation du virus est ralentie suffisamment pour faire en sorte que le nombre de malade se développe lentement. Cela permet au système de soins de rester opérationnel et d’utiliser son potentiel en rotation.
Dans ce cas, même si au bout d’une année, le nombre de personnes ayant contracté le virus serait le même que s’il n’y avait pas eu de mesures prophylactiques, le nombre de décès serait, lui, très inférieur.
Voilà pourquoi il est absolument nécessaire de bloquer la chaine de transmission du virus.
Pour cela, les mesures d’hygiène et surtout le confinement sont les plus indiquées.
Le contact humain est un puissant vecteur de contamination. Il est donc absolument nécessaire de briser la chaine de contamination.
Il faut donc éviter les regroupements, les rassemblements et autres contacts de promiscuité (magasins, salles fermées, fêtes, cafés et autres lieux de loisirs…).
Les Algériens sont également appelés à faire leur devoir religieux à leur domicile et d’éviter pour le moment les mosquées.
Enfin, les hirakistes devront abandonner, pour le moment, les manifestations de rue. Quelle que soit la légitimité des revendications politiques, celles-ci devront s’inscrire dans la recherche du mieux-être et de la liberté des Algériens et non pas dans la propagation de la pandémie.

La responsabilité est l’autre face de la liberté.

Soufiane Djilali سفيان جيلالي